paille


paille

paille [ paj ] n. f.
XIIe; lat. palea « balle de blé »
I(Tige coupée).
1Collect. Tiges des céréales quand le grain en a été séparé. chaume. Paille de blé, d'avoine, de riz. Paille fraîche, sèche. Paille servant de nourriture aux bêtes ( 1. fourrage) , de litière (aussi fumier) . Botte de paille. gerbée. Poignée de paille tortillée. bouchon. Brin, fétu de paille. Vin de paille : vin fait de raisins mûris sur la paille. — Feu de paille. Garnir de paille. empailler, 2. pailler. Huttes de paille ( paillote) . Emballages de paille ( paillon) . Loc. Être sur la paille, dans la misère. Mettre qqn sur la paille, le ruiner (cf. Sur le sable). « Si sa mère paye pour lui, il se sera mis sur la paille » (Balzac). La paille humide des cachots. La paille et le grain.
2Paille filée et tressée, utilisée en vannerie. Stores en paille. Panier de paille. Réparer la paille d'une chaise ( rempailler) . Chapeau de paille : canotier, panama, chapeau de soleil.
3Une paille : brin de paille ( fétu) . Loc. Tirer à la courte paille : tirer au sort au moyen de brins de paille de longueur inégale dont une extrémité reste cachée. La paille et la poutre.
Tuyau de paille, et par ext. de papier, de matière plastique. chalumeau. Boire en aspirant avec une paille. Paille coudée.
Appos. Pommes paille : pommes de terre frites coupées très fines (cf. Pommes allumettes).
(1867) Fam. Une paille : peu de chose. ⇒ rien, vétille. Iron. Il en demande dix millions, une paille !
4Loc. HOMME DE PAILLE : personne qui sert de prête-nom dans une affaire plus ou moins honnête. « Je ne suis plus que le prête-nom d'un prévaricateur [...] C'est bien de Castel-Bénac que vous êtes l'homme de paille ? » (Pagnol).
5 Adj. inv. Couleur jaune pâle de la paille de blé. Des gants paille, une robe paille. Jaune paille.
6(1873; par anal.) PAILLE DE FER : filaments, copeaux de métal réunis en paquet. Nettoyer un parquet à la paille de fer.
IIPar anal.
1 (1307) Techn. Défaut (impureté, fissure, loupe) dans une pièce de métal, de verre. « Ceux qui ont forgé l'épée de la nouvelle royauté ont introduit dans sa lame une paille qui tôt ou tard la fera éclater » (Chateaubriand). Tache fine et allongée dans un diamant, une pierre précieuse. crapaud.
2Mar. Longue cheville métallique à tête.
3(1708) Paille-en-queue; (1762) paille-en-cul :phaéton (oiseau).

paille nom féminin (latin palea) Tige de graminée, en particulier de céréale, dépouillée de son grain. Ensemble des tiges et feuilles obtenu par battage des céréales, séparation des grains et des fragments légers. Matière ressemblant à la paille et employée à des usages du même genre, par exemple le tressage. Chalumeau de paille ou petit tuyau de papier ou de plastique, servant à aspirer une boisson. Défaut apparaissant à l'œil nu sur la cassure d'une pièce mécanique. Longue cheville métallique utilisée sur les bateaux. ● paille (citations) nom féminin (latin palea) Remy de Gourmont Bazoches-au-Houlme, Orne, 1858-Paris 1915 Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l'univers. Le Chemin de velours Mercure de France Jean Rostand Paris 1894-Ville-d'Avray 1977 Académie française, 1959 Certains voient la paille dans leur œil et non la poutre en celui de l'adversaire. Inquiétudes d'un biologiste Stock Erik Satie Honfleur 1866-Paris 1925 La poutre que l'on a dans l'œil, n'empêche nullement de voir la paille qui est dans celui de son voisin : dans ce cas, la poutre devient une longue-vue, très longue, qui grossit la paille de façon démesurée. Éloge des critiques Paul Verlaine Metz 1844-Paris 1896 L'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable. Sagesse, III, 3 Messein Héraclite d'Éphèse vers 550-vers 480 avant J.-C. Les ânes préféreraient la paille à l'or. Fragment, 9 Diels (traduction Battistini) Bible Qu'as-tu à regarder la paille qui est dans l'œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Évangile selon saint Matthieu, VII, 3 John Dryden Aldwinkle, Northamptonshire, 1631-Londres 1700 Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui veut chercher des perles doit plonger en profondeur. Errors, like straws, upon the surface flow. He who would search for pearls must dive below. All for love, Prologuepaille (expressions) nom féminin (latin palea) Familier. (C'est) une paille !, c'est une quantité négligeable ou, au contraire, c'est une quantité énorme, exagérée. Homme de paille, personne que l'on met en avant dans une affaire douteuse, une escroquerie qui se fait pour le compte d'autrui. Ironique. La paille humide des cachots, la prison. Paille de fer, masse de copeaux métalliques en forme de fils, servant à effectuer différents décapages. Papier paille, papier d'emballage à base de paille. Pommes paille, pommes de terre frites détaillées en très minces bâtonnets. Familier. Sur la paille, dans un état d'extrême misère, d'extrême pauvreté. Tirer à la courte paille, tirer au sort avec des brins de paille de longueurs différentes mais dont seule une extrémité est visible. Vin de paille, sorte de vin blanc liquoreux, préparé dans la Drôme et dans le Jura. Poids paille, catégorie de poids en boxe (moins de 47,627 kg chez les professionnels, non reconnue chez les amateurs) ; boxeur de cette catégorie. ● paille adjectif et nom masculin invariables Qui est d'une couleur jaune clair semblable à celle de la paille : Des rubans paille.paille (difficultés) adjectif et nom masculin invariables Accord Comme adjectif, le mot reste invariable : des chemisiers paille ; des jaunes paille. Voir grammaire : noms de couleur.

paille
n. f. et adj. inv.
aA./a n. f.
rI./r
d1./d Tige creuse des graminées.
|| Chaume desséché des graminées dépouillées de leur épi. Lit, litière de paille.
Loc. Fam. être sur la paille: être ruiné; être dans la misère.
Fig. Homme de paille: prête-nom.
|| Cette matière employée à des ouvrages de vannerie. Chapeau de paille.
d2./d (Afr. subsah.) Tiges et feuilles séchées de diverses plantes. Paille d'arachide.
|| (oc. Indien) Feuille séchée. Paille de canne.
Paille de thé: feuille de théier séchée et broyée, utilisée pour faire du thé (boisson).
d3./d (Afr. subsah.) Hautes herbes. Le gibier se cache dans la paille.
d4./d Brin de paille.
Tirer à la courte paille: tirer au sort avec des brins de paille de longueur inégale.
|| Petit tuyau en carton ou en plastique servant à aspirer un liquide.
d5./d Paille de fer: tampon fait de filaments ou de longs copeaux de métal, dont on se sert pour gratter, récurer, décaper. Syn. (Québec) laine d'acier.
rII./r TECH
d1./d Défaut (fissure, cavité, impureté) dans le métal forgé ou laminé.
d2./d Défaut d'une pierre précieuse. Syn. crapaud.
aB./a adj. inv. D'un jaune brillant. Jaune paille.

⇒PAILLE, subst. fém. et adj.
I.Empl. subst. fém.
A. —1. Au sing., à valeur de coll. Ensemble de tiges de céréales coupées et dépouillées de leur grain, servant à différents usages. Synon. chaume (v. ce mot D). [En Angleterre, au XVe siècle] les maisons des gentilshommes de campagne étaient des chaumières couvertes de paille, recrépies de la plus grossière glaise et éclairées seulement par des treillages (TAINE, Philos. art, t.1, 1865, p.127). Nos blés ne fournissent pas de loin les litières nécessaires. La paille presque toute passe à l'entretien du bétail, mêlée aux légumineuses (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p.162).
SYNT. Paille nouvelle; paille sèche, vieille paille; paille de blé, de froment, d'orge, de riz, de seigle; botte, gerbe, meule de paille; brassée, charretée, fourchée de paille; bouchon de paille (v. bouchon B); litière de paille; hutte de paille; emballage de paille; utiliser de la paille comme fourrage; faire mûrir des fruits sur la paille; coucher, dormir dans/sur la paille; renouveler la paille d'une paillasse.
Botte de paille. Un cent, un millier de paille (Ac. 1835, 1878).
Vin de paille. Vin blanc liquoreux préparé avec des raisins que l'on a fait sécher en les suspendant ou en les étalant sur des claies couvertes de paille. Du vin de paille (...) doux et généreux (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p.378). Aux poutres on pend le raisin destiné à la fabrication du vin de paille (Poligny) (P.-A. PIDOUX DE LA MADVÈRE, Ma Vieille Franche-Comté, Paris, libr. G. Enault, 1943, p.78):
1. On produisait autrefois des vins de paille dans plusieurs régions, en Alsace, à Tain-l'Ermitage... Le Jura est peut-être la dernière à maintenir cette tradition. Ce sont des vins de gelée, fabriqués en février avec des raisins récoltés en novembre et gardés sur des claies de paille ou suspendus à des fils de fer (...). Ce sont des vins suaves, couleur de topaze brûlée, au bouquet onctueux...
R. DUMAY, Guide du vin, Paris, Stock, 1967, p.136.
Feu de paille (au fig.) V. feu I B 1 a .
a) Loc. verb., fig., fam.
Hacher (de) la paille. V. hacher A 1 a.
[P.réf. à la couche rudimentaire faite d'un tas de paille, symbole d'une vie misérable]
Coucher, être sur la paille. Se trouver dans un extrême dénuement. Il couche sur la paille (Ac. 1798). Des fainéants, des sans le sou, des traîne-misère... et qui le grugeaient... et qui le volaient (...) sans moi, le capitaine serait sur la paille, aujourd'hui (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p.61). C'est une histoire à nous faire crever du même coup, ton grand-père et moi. Et je te vois joli, après! Je ne te donne pas cinq ans pour être sur la paille (DRUON, Gdes fam., t.2, 1948, p.45).
Crever, finir, mourir sur la paille. Terminer sa vie dans la misère. Tôt ou tard la banqueroute nous pend au nez, et nous crèverons tous sur la paille comme des gueux (FLAUB., Corresp., 1852, p.159). Elle eut des mots profonds (...), disant que l'ordre seul menait à la fortune, et qu'elle ne voulait pas mourir sur la paille (ZOLA, Nana, 1880, p.1258). Un fou dangereux, qui finirait sur la paille, après avoir déshonoré des commerçants qui n'avaient jamais rien demandé à personne qu'un honnête profit (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p.59).
Mettre, foutre (vulg.) qqn sur la paille. Réduire quelqu'un à la misère, le ruiner. Vous êtes un mauvais payeur. À moi, on ne la fait pas. Je vous mettrai sur la paille (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p.165). Ah! tu seras toujours la même! Toujours trop bonne! Ne t'ai-je pas assez prévenue? Qu'elles nous foutront sur la paille! Toutes tes ouvrières! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.155).
Empl. pronom. réfl. Se mettre sur la paille. Causer sa propre ruine; p.exagér., faire des dépenses excessives pour obtenir quelque chose. Pendant vingt ans, on s'échine autour de ces demoiselles, on se met sur la paille pour en faire des femmes distinguées, et elles ne vous donnent seulement pas la satisfaction de les marier à votre goût (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p.35). Pauvre homme! Dans un accès d'alcoolisme, il se mettrait sur la paille, lui et sa femme (RENARD, Journal, 1906, p.1050).
b) Expr. La paille humide du/des cachot(s). V. cachot A. La paille des mots, le grain des choses; p.ell., la paille et le grain. V. grain I A.
Vieilli
Ils sont là comme rats en paille. Ils sont à cet endroit comme des coqs en pâte et sans qu'il leur en coûte rien. (Ds Ac., LITTRÉ).
Tout y va, la paille et le blé. C'est une dépense ruineuse (Ds Ac., LITTRÉ).
2. En partic., au sing. Paille filée et tressée que l'on utilise pour la confection d'objets de vannerie et de sparterie ou pour la garniture de sièges. Chapeau de paille d'Italie; cabas, couffin, panier de paille; corbeille en paille; nattes, stores en paille; réparer la paille d'une chaise. Six chaises en merisier garnies de paille encore neuve (BALZAC, Illus. perdues, 1839, p.255). Un canotier de paille abritait mal sa figure obstinée, forgée au soleil (HAMP, Champagne, 1909, p.113). Ses mules de paille ont glissé (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p.275).
♦[En parlant d'un siège] De paille. Dont le fond et parfois le dossier sont garnis de paille. Synon. paillé. Chaise de paille. Pécuchet, huché sur un grand tabouret de paille, soignait toujours les jambages de sa longue écriture (FLAUB., Bouvard, t.1, 1880, p.15). Le père Propiac était assis dans un fauteuil de paille (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p.49).
P.méton., au masc. ou au fém. Chapeau de paille. Certains [des Basques] coiffaient des pailles de Panama, d'autres des canotiers ou de larges chapeaux melons (JAMMES, Robinsons, 1925, p.146). Il a bien fallu qu'il emprunte un chapeau à la grande chérie... une paille souple, immense, avec une bride mentonnière (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.575). Le poète [Edmond Rostand] avait du reste tout ce qu'il faut pour séduire les foules: une moustache d'officier de hussard (...) et un «paille» dont, quelques années plus tard, Maurice Chevalier devait éprouver les vertus au music-hall (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.205).
3. Paille de + nom de céréale, ou menue paille. Balle (de céréale et notamment d'avoine) utilisée essentiellement pour l'alimentation animale et le remplissage des paillasses. Paille d'avoine. Avant de placer d'autres gerbes sur l'aire, on ramasse le grain avec le dos d'un râteau à une seule rangée de dents. Le «van d'osier» le sépare de ses «balles» ou «menues pailles» (MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., 2, 1954, p.82). V. balle4 ex. 3.
4. P.méton.
a) Tige ou fragment, plus ou moins long, d'une tige de céréale coupée et dépouillée de son grain. Synon. fétu. Jouer avec une paille. Le garçon avait ramassé une paille, une longue tige de graminée, déjà toute jaunie par le soleil de juin, et il la mordillait d'un air soucieux et rétif (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.252).
[Dans des compar., l'accent étant mis sur la finesse, la légèreté d'une paille] Briser qqn comme une paille. Elle est plus mince et plus chétive qu'une paille (FABRE, Xavière, 1890, p.146). Pousser à la révolution! C'est elle qui nous emporte comme des pailles! (BARRÈS, Ennemi Lois, 1893, p.16).
Loc. verb.
Tirer, jouer (rare) à la courte paille. Tirer au sort avec des brins de paille (ou d'une autre matière) de longueur différente, tenus en partie cachés, et dont les extrémités visibles ont été placées au même niveau (le perdant étant celui qui a tiré le brin le plus court). On tira z-à la courte paille (bis) Pour savoir qui, qui, qui serait mangé Le sort tomba sur le plus jeune (bis) (Chanson populaire, Il était un petit navire ds REY-CHANTR. Expr. 1979). Quand ils eurent bien discuté, ils tirèrent à la courte paille et le sort tomba sur Landry (SAND, Pte Fad., 1849, p.25). Un blessé ramassait les morceaux d'allumettes tombés. Ses voisins et lui avaient brisé en menus fragments celles de la boîte donnée par Lou-You-Shuen, et jouaient à la courte paille (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p.404).
[Suivi d'un compl. d'obj. qui peut être un subst. désignant une pers. ou une prop. interr. indir.] Tirer quelqu'un au sort au moyen de brins de paille de longueur inégale. Ils ont tiré à la courte paille à qui paierait (Ac.). Il se trouvait à Santos faire partie d'une société, qui, en prenant l'apéritif de tous les matins, tirait à la courte paille qu'est-ce qui serait mort le lendemain (GONCOURT, Journal, 1894, p.579). On décida que le rôle serait tiré à la courte paille (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.237).
Au fig., vieilli
[P.réf. à la propriété que possède l'ambre, quand il est électrisé, d'attirer et de soulever les corps légers] Emporter la paille, enlever la paille, lever la paille. Soulever l'admiration, l'enthousiasme par ses mérites; être d'une qualité exceptionnelle. Ce conte est excellent, il lève la paille, il enlève la paille (Ac.).
[P.réf. au rôle du fétu dans les coutumes jur. romaines et franques] Rompre, briser la paille (avec qqn). Annuler un accord, un contrat (avec quelqu'un); p.méton., se brouiller (avec quelqu'un). Les Guise ont irrité la maison de Bourbon, dit De Bèze après une pause, ils ont à Orléans brisé la paille entre eux (BALZAC, Martyr calv., 1841, p.226). Éraste ne rompt point la paille avec Lucile (SAMSON, Art théâtr., 1863-65, p.91). Puisque la paille est rompue, puisque, vous et vos amis, vous êtes brouillés avec les juifs (A. FRANCE, Anneau améth., 1899, p.357).
Expr. [P.allus. à la parole de Jésus: Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'oeil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil? ou comment peux-tu dire à ton frère: Laisse-moi ôter une paille de ton oeil, toi qui as une poutre dans le tien? (Matth. VII, 3-5) dont on trouve une var. dans Luc VI, 41-42, pour exprimer la facilité que l'on a à découvrir les moindres défauts chez les autres tout en ignorant ses propres défauts, si graves soient-ils] La paille et la poutre. Te voilà guéri de ta paille dans l'oeil, parce que celui-ci y porte une poutre! (MUSSET ds Le Temps, 1831, p.91). Ce n'est pas avec les pailles qu'on trouve dans l'oeil du prochain qu'on construit la maison de Dieu, mais avec les poutres que l'on ôte du sien (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1912, p.192). Alors vous m'invitez à sortir la paille de votre oeil avant d'ôter la solive qui est dans le mien (...). Voilà qui me paraît bien contraire aux préceptes évangéliques! (GIDE, Caves, 1914, p.691).
b) En partic. Brin de paille dont on se sert pour aspirer une boisson ou pour faire des bulles de savon; mince tuyau de matière plastique ou de papier destiné aux mêmes usages. Synon. chalumeau (v. ce mot B). Boire avec une paille. Qu'est-ce qu'un ministère? C'est une immense chaudière d'eau de savon où chacun trempe une paille pour essayer de faire une bulle (MUSSET, ds Le Temps, 1831, p.52). Avec une paille, je suce cette limonade glacée (GIDE, Nourr. terr., 1897, p.229). Raymond, voulez-vous demander une paille au garçon? C'est indispensable avec les oranges pressées (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p.145).
B.P.anal.
1. Paille de fer. V. fer B 1 b .
2. Spécialement
a) INDUSTR. DU VERRE ET DES MÉTAUX
Défaut interne d'une pièce de verre. (Dict. XXes.).
,,Défaut des métaux laminés, caractérisé par un manque de continuité, qui se présente sous une forme longitudinale sensiblement parallèle à la surface du lingot et composé d'oxydes et de scories`` (BADER-TH. 1962). Il y avait une paille dans votre fonte, ou quelque interstice dans le grand tube (BALZAC, Peau chagr., 1831, p.243):
2. La hauteur de la poche au-dessus de la lingotière est aussi faible que possible afin d'éviter les projections de métal sur les parois du moule. Ces particules fondent d'ailleurs dans la masse quand le métal les atteint, mais avec de petits lingots, il en résulte la formation de pailles, ce qu'il faut éviter.
BARNERIAS, Aciéries, 1934, p.232.
P.métaph. M. Thiers avait une habileté très distinguée, mais qui d'un côté se rompait à l'étourderie, et de l'autre à la lâcheté. Fâcheuses pailles dans ce fin acier! (BARB. D'AUREV., Memor. 2, 1839, p.391). Il cherche avidement les défauts, les «pailles» de ce vivant et frémissant métal: aux ailes du nez, des points noirs; à la naissance de la gorge, la peau dut être brûlée par une trop vieille teinture d'iode (MAURIAC, Baiser Lépreux, 1922, p.163).
Parcelle métallique, souvent oxydée, qui se détache d'une pièce forgée à chaud. On nomme pailles de petites lamelles de fer qui ne tiennent à la masse que par une petite portion de leur surface et qui s'en détachent quand on le forge. Les pailles de très grandes dimensions sont appelées doublures (CHABAT 1881).
b) JOAILL. Tache fine et allongée dans une pierre précieuse. On ne sait à qui se fier. Achetez un diamant il a une paille; achetez une allumette, il y manque le soufre (J. DE MAISTRE, Corresp., 1810, p.514). Il examinait avec une joie indicible les pierres l'une après l'autre: —Sans tache, disait-il. Voici une tache. Voici une paille. Beau diamant (BALZAC, Gobseck, 1830, p.413).
c) MAR. ,,Longue cheville à tête, en fer`` (GRUSS 1978).
Paille de bitte. Tige de fer qui traverse le corps (ou la tête) de certaines bittes pour servir d'arrêt aux cordages capelés sur la bitte et les empêcher de décapeler quand il y a du ressac ou de la houle (d'apr. LE CLÈRE 1960).
Paille de garniture. Tige plus courte que la paille de bitte, qui est employée comme levier pour soutenir les estropes des poulies, les amarrages et les bridures (d'apr. GRUSS 1978).
C.P.anal. ou au fig.
1. a) ) Chose insignifiante. Synon. rien, vétille. Rien n'est solide encore, murmurait-il; je ne tiens personne. Il ne faudrait qu'une paille pour faire crouler l'édifice (ZOLA, Conquête Plassans, 1874, p.1074). Votre science n'est que paille et (...) vous n'avez qu'à retourner à l'école! (CLAUDEL, Soulier, 1929, 3e journée, 2, p.781).
P. antiphr., iron., fam. [Pour désigner un fait, un événement auquel on attache de l'importance] Quand je débarquai (...), le thermomètre marquait 35 degrés au-dessus de zéro —une paille! (COLETTE, Cl. s'en va, 1903, pp.278-279). Je reconnais cette façon de sourire que vous avez quand il y a quelque chose qui ne va pas... Je ne vous ai pourtant rien dit de désagréable. —Oh non! Une paille! (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p.1108). Veux-tu me dire en quoi ceci diffère du mariage... à la cohabitation près? —À la cohabitation près? dit Mathieu ironiquement. Excuse-moi, c'est une paille (SARTRE, Âge de raison, 1945, p.111).
Loc., vieilli, pop. Avoir, tenir une paille. Être ivre. Eh bé, t'en n'as une, de paille! Tu s'ras frais, ed' main pou' monter à cheval, fé la corvée et la manoeuvre! (COURTELINE, Gaîtés esc., Lidoire, 1890, III, p.156).
) En partic. Somme d'argent dérisoire. Synon. bagatelle, misère. Quoi, trente louis, vous trouvez que c'est cher, pour deux brochures, dont l'une épiscopale? Mais, c'est une paille (TOULET, Corresp. avec un ami, 1920, p.38).
P.antiphr., iron., fam. [Pour désigner une somme énorme] Sabine heureuse, Vitalis aussi. Et dix millions —une paille —qui leur tombent de la lune (TOULET, J. fille verte, 1918, p.276).
b) Loc. adj., vieilli. De paille. Qui est dépourvu d'importance, de consistance; qui est dénué de valeur.
[En parlant d'une chose] Chacun, à des moments donnés, reprend sa place dans la création, en s'échappant aux liens de paille que nous appelons moeurs, religion, convenances (GOZLAN, Notaire, 1836, p.27). Charles parlait de monter aussi pour régler un vieux compte de paille resté en arrière (ZOLA, Nana, 1880, p.1438). Tu donnes ce bonjour de paille à la fillette, qui va l'oublier (GIONO, Baumugnes, 1929, p.222).
[En parlant d'une pers.] C'est bien l'arme qu'il faut contre un guerrier de paille (HUGO, Cromwell, 1827, p.352). Ce mari de paille respecte sa femme (COLETTE, Jumelle, 1938, p.43).
Homme de paille. V. homme II B 2. Vieilli. Homme de rien. (Dict. XIXe et XXes.).
2. a) Défaut (d'une personne), point faible (d'une entreprise). Synon. faille. Pensez-vous que les policiers allemands et dreyfusiens auraient eu raison de Syveton s'il n'y avait pas eu, dans la vie et les moeurs du héros nationaliste, une paille sérieuse? (L. DAUDET, Temps Judas, 1920, p.277). Nous ne connaissions pas ses effectifs [de l'offensive de Ludendorff] sa cohésion ou ses pailles, la capacité et l'haleine de son boutoir (ARNOUX, Nuit St-Avertin, 1942, p.61).
b) Obstacle majeur. Synon. hic (fam.). Il y a quelque chose. Il y a une paille. Vous pouvez faire que vous les alliez voir les mêmes. Vous ne pouvez pas faire qu'ils vous reçoivent le même (PÉGUY, V.-M., comte Hugo, 1910, p.690). Il hait la presse, il hait le livre, tout ce qui peut introduire dans son système une paille, ou un rouage qu'il n'aura pas soigneusement vérifié (FAURE, Hist. art, 1921, p.95).
II.Empl. adj. inv.
A. —D'une couleur jaune pâle, qui rappelle la couleur de la paille de blé. Une longue traîne de faille brun pain brûlé, doublée de taffetas paille (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p.801). Si dur que soit ce marbre du Pentélique, et quelle qu'en soit la patine séculaire, jaune, chaude, blonde, paille, dorée (...) ce marbre reçoit d'autres atteintes (PÉGUY, Clio, 1914, p.26). Il me dégoûtait trop, avec ses bottes lacées et ses gants paille (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p.262).
Loc. adj. ou subst. Couleur paille, jaune paille; cheveux couleur paille. Les hommes désignés, vêtus de petits costumes en toile cirée jaune paille (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p.10). La couleur paille de la marmelade contrastait très heureusement avec les tons bruns (...) du treillis de pâte qui la recouvrait à demi (FABRE, Xavière, 1890, p.35). Vins blancs (...). Leur couleur varie comme teinte depuis le jaune paille clair jusqu'au jaune ambré ou doré, caractéristique des vins vieux doux, très alcoolisés (ALI-BAB, Gastr. prat., 1907, p.129).
Empl. subst. masc. ou fém. La couleur elle-même. Le paille de cette étoffe est bien beau (LITTRÉ). Considérez au Louvre, dans l'Esther de Véronèse, la charmante suite des jaunes qui (...) se fondent les uns dans les autres, depuis la jonquille pâle et la paille luisante jusqu'à la feuille morte et la topaze brûlée (TAINE, Philos. art, t.2, 1865, p.336). Pour lingerie: Crêpe de Chine rayonne lavable. Blanc, ciel, saumon, paille, champagne et noir (Catal. blanc (Bon Marché), 1952, p.16).
B.GASTR. Pommes paille. Pommes de terre frites très fines. Les pommes paille tirent leur nom de leur ressemblance avec de la paille (Ac. Gastr. 1962).
REM. 1. Paillade, subst. fém. Pailler (v. pailler1 A 1) où logent les domestiques. Elle pouvait bien se baigner, comme la chaste Suzanne; et elle devait en avoir grand besoin après avoir couché à la paillade (A. FRANCE, J. d'Arc, t.2, 1908, p.90). 2. Paillat, subst. masc., région. (Forez et Lyonnais). Corbeille en paille. Le balcon de sapin branlant où des noix séchaient dans les paillats (POURRAT, Gaspard, 1925, p.78). 3. Paillère, subst. fém., région. (Provence). Meule de paille. Il était là, contre la paillère, tout «butté» dans la paille à faire le gros dos (GIONO, Colline, 1929, p.27). 4. Papier(-)paille, (Papier paille, Papier-paille)subst. masc. ,,Papier fabriqué à partir de paille cuite avec de la chaux`` (COMTE-PERN. 1963).
Prononc. et Orth.:[], [paj]. MARTINET-WALTER 1973 [-a-], [--] (9/8). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. A. 1. 1121-34 «balle de diverses céréales» la paille del furment (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, 982 ds T.-L.); 1176-81 allus. à sa légèreté (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier au lion, éd. M. Roques, 4519: Ausi con se ce fussent pailles Fet del hauberc voler les mailles): 1184 fig. (HÉLINANT, Vers de la mort, éd. Fr. Wulff et E. Walberg, XXXIII, 8: Morz desoivre... Paille de grain, bren de farine); cf. ca 1195 (AMBROISE, Guerre sainte, 6350 ds T.-L., s.v. grain); 2. 1176-81 [ms. XIIIes.] «fragment d'une tige de céréale séchée» (CHRÉTIEN DE TROYES, op. cit., éd. W. Foerster, 2849); a) loc. fin XIVes. traire a le plus longe paille [v. éd. t.8, 1, p.XII] (FROISSART, Chron., éd. S. Luce, I, § 674, 23 [1371], t.8, 2, p.14); 1583-90 lever la paille p.allus. à l'ambre qui attire la paille «avoir la supériorité» (BRANTÔME, Grands capitaines ds OEuvres, éd. L. Lalanne, t.2, p.333); 1595 rompre paille cf. lat. médiév. exfestucare, NIERM. «rompre, se brouiller» (MONTAIGNE, Essais, III, 8 ds OEuvres, éd. P.Villey et V.-L. Saulnier, p.925); 1695 lang. biblique paille opposé à poutre (LE MAISTRE DE SACY, Bible, Matth. VII, 5, éd. Paris, G. Desprez, 1722, t.3, p.8b); b) 1881 «fragment de paille creux servant à boire» (E. DE GONCOURT, Maison d'un artiste, t.2, p.278 ds QUEM. DDL t.16); 3. 1176-81 «tige de céréale dépouillée de son grain» (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier à la charrette, éd. M. Roques, 513: Li liz ne fu mie de glui, Ne paille ne de viez nates); 1276-77 la couche de paille symbole de pauvreté (RUTEBEUF, La povreté Rutebeuf, 35 ds OEuvres, éd. E. Faral et J. Bastin, t.1, p.572); 1690 il couche sur la paille (FUR.); 1364 «tige de céréale destinée à être tressée» (Compt.mun. de Tours, p.343, Delaville ds GDF. Compl., s.v. pailler2: pailles achetees pour nater); 1690 spéc. «id. pour confectionner des chapeaux, des broderies» (FUR.). B. Exprime une valeur minime 1180-90 (ALEXANDRE DE PARIS, Alexandre, branche II, 2364, in Elliott Monographs n° 37, p.126: Ne li valent ses armes une paille d'anone); 1593 de paille «de nulle valeur» (CHARRON, Trois Veritez, III, 4 ds HUG.); 1598 homme de paille (Resp. à la lett. d'un gentilh. savois., p.12 ds GDF. Compl.). C. 1607 adj. inv. jaune paille (Arch. départ. Meurthe-et-Moselle, B 1301, mém. 4 avr. ds H. ROY, La vie, la mode... au XVIIes., ét. sur la Cour de Lorraine, 1924, pl. X) cf. aussi jaune paillé (1610), s.v. paillé1; 1781 de couleur paille (Annonces et affiches du 9 avr. ds HAVARD t.4, p.15b). II. 1. 1306 «défaut, impureté dans un ouvrage de métal» (GUILLAUME GUIART, Royaux lignages, éd. N. de Wailly et L. Delisle, 20517); 1680 «id. dans une pierre précieuse» (RICH.); 2. a) fin XIVes. «paillette d'or, d'argent ornant un costume» (JEAN CUVELIER, Du Guesclin, éd. E. Charrière, 4841); b) 1546 «parcelle de métal détachée du fer que l'on forge à chaud» (EST. d'apr. FEW t.7, p.492 a); 3. 1687 mar. paille des bittes «longue cheville de fer mise à la tête des bittes pour tenir le câble sujet» (DESROCHES, Dict. des termes de mar., p.388). Du lat. palea «balle de céréale» et «menue paille», puis, p.ext., «tige entière de céréale dépouillée de son grain» et p.anal. «paillette ou limaille de métal» (palea aeris). Fréq. abs. littér.:2513. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 2058, b) 4644; XXes.: a) 5074, b) 3390.
DÉR. Pailleur, -euse, subst. [Correspond à supra I] Personne qui vend ou qui transporte de la paille. (Dict. XIXe et XXes.). [], [pa-], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. 1762-1878. 1re attest. 1680 «celui qui fournit, vend de la paille» (RICH.); de paille, suff. -eur2.
BBG. —FLUTRE (L. F.). De Qq. termes usités aux 17e et 18es. Mél. Wartburg (W. von) 1958, p.232. — LABHARDT (A.). Le Lat. palea et ses rapp. avec ses descendants rom. In: [Mél. Jud (J.)]. Genève-Zürich, 1943, pp.222-229. — MORAWSKI (J.). Faire à Dieu barbe de paille. Archivum romanicum. 1939, t.23, pp.79-83. — QUEM. DDL t.6, 12, 16, 19, 20.

paille [pɑj] n. f.
ÉTYM. V. 1119; du lat. palea « balle de blé ».
———
I Tige coupée de certaines plantes.
1 (V. 1175). Sens collectif : la paille. Tiges des céréales (et, par ext., des légumineuses cultivées, des oléagineuses), quand le grain en a été séparé. Chaume, éteule (qui ne se disent que de la paille restée sur pied, après la moisson), feurre (ou fouarre). || Paille de blé, de froment, d'avoine (cit. 1), de seigle ( Glui), de trèfle, de lentilles…(1817). || Paille de riz.Spécialt (non spécifié). Paille des céréales courantes, notamment du blé. || Paille fraîche, nouvelle; sèche. || Briser la paille avec un brisoir, un hache-paille, un coupe-paille. || Paille servant de nourriture aux bêtes ( Fourrage), de litière ( aussi Fumier). || Grange (cit. 2) remplie de paille. || Faire mûrir des fruits sur la paille (→ Nèfle, cit. 1). || Botte de paille. Gerbée (→ Broche, cit. 1; mangeoire, cit. 1). || Brassée, fourchée de paille. || Poignée de paille tortillée. Bouchon; bouchonner. || Fétu (cit. 2), brin de paille (→ Espoir, cit. 17, Verlaine; et aussi le sens 3 ci-dessous). || Torche de paille. Brandon. — ☑ Loc. fig. Feu de paille. 1. Feu (cit. 13 et 14).Dr. || Brandons de paille au bord d'un champ saisi. Saisie-brandon.Garnir de paille. Empailler. || Toit de paille (→ Dorer, cit. 2). || Huttes ( Paillote), village de paille. || Mettre de la paille dans une paillasse. || Emballages de paille ( Paillon).
1 Hamilcar fit allumer sur la toiture de Khamon un feu de paille humide; et la fumée les aveuglant, ils se rabattirent à gauche (…)
Flaubert, Salammbô, XIII.
2 Quelqu'un a dû frapper l'été
De mauvaise fécondité :
Le blé, très dru, ne fut que paille.
Verhaeren, les Villes tentaculaires, « Pèlerinage ».
3 Les chars qui passent par le chemin
Laissent de la paille après les branches chargées de fruits !
Claudel, l'Annonce faite à Marie, IV, 5.
Pâte à papier à base de paille (→ Liant, cit. 4).(XXe). Techn. || Carton-paille, constitué par « de la paille cuite ou macérée à la chaux, et broyée au meuleton » (Larousse industriel).
Loc. (1835). Vin de paille : vin blanc, fait de raisins mûris sur la paille.(Dans le même sens, en appos.). || Vin paille.
3.1 Ce marchand (…) a la clientèle de tous les Lorrains de Paris, et surtout d'une colonie de Montmartre, qui (…) se payent après la séance, une ou deux bouteilles de vin paille du pays.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, t. VI, p. 209.
N. B. Il s'agit, soit de vin de paille, soit de vin paillé ou paillet (de couleur paille; → ci-dessous, I., 5.).
tableau Classification des vins.
(XIIIe). || Coucher sur (de) la paille. — ☑ Loc. fig. (1690). Coucher, être sur la paille : être dans la misère. — ☑ (Déb. XVIIIe). Mourir sur la paille (→ Abandonner, cit. 16). — ☑ (1798). Mettre qqn sur la paille. Ruiner (→ Dévorer, cit. 18). — ☑ Loc. plais. La paille humide (cit. 5) des cachots (cit. 4).
4 Le collecteur, dit-il, va me mettre en prison,
Et n'a laissé dans ma maison
Que six enfants sur de la paille.
Florian, Fables, II, 4.
5 — Si sa mère paye pour lui, il se sera mis sur la paille, et je ne sais pas de pire correction pour un noble que d'être sans fortune.
Balzac, Ursule Mirouët, Pl., t. III, p. 353.
Loc. métaphorique. La paille des mots et le grain (cit. 6 et 7) des choses.Séparer la paille et le grain (→ aussi Le bon grain et l'ivraie).
6 Il y a, dans la vertu qui court le monde, beaucoup de paille, et l'apparence seulement de l'épi (…)
André Suarès, Trois hommes, « Pascal », III.
7 Dans l'immense grange de l'univers, le fléau implacable battra le blé humain, jusqu'à ce que la paille soit séparée du grain. Il y aura plus de paille que de grain, plus d'appelés que d'élus (…)
Camus, la Peste, p. 110.
2 Par ext. (1690). Matière (paille filée et tressée, paille de seigle, fibres, tiges de bambou…) utilisée en sparterie, en vannerie… ( aussi Lacerie). || Corbeille en paille (→ Fumeur, cit.). || Panier, cabas, couffin de paille. || Natte de paille (→ Lit, cit. 2). || Sièges, chaises de paille (→ Hauteur, cit. 7; marli, cit.). || Réparer la paille d'une chaise ( Rempailleur).
Chapeau de paille, coiffure, d'homme ou de femme, souple ou rigide ( Canotier), servant généralement de coiffure d'été, de chapeau de soleil (→ 1. Barbe, cit. 13; grisette, cit. 4). || Le Chapeau de paille d'Italie, comédie de Labiche (1851).
(XXe). N. m. Vieilli. || Un paille ( Panama), une paille : un chapeau de paille (ne se dit que des chapeaux de femme).
8 Des grands chapeaux de femmes avec des échafaudages de tulle et de plumes, et déjà des pailles qui font à Paris leur apparition bien avant les beaux jours (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, II, XV.
8.1 Quatre, cinq, six gouttes d'eau. Des gens inquiets pour leur paille lèvent le blair. Description d'un orage à Paris. En été. Les craintifs se mettent à galoper; d'autres relèvent le col de leur veston; ce qui donne un air bravache
R. Queneau, le Chiendent, p. 21.
Balais en paille de riz.
En Afrique. Tiges et feuilles séchées des grandes graminées, servant à la toiture, à la vannerie.
3 (V. 1175). || Une, des pailles. a Brin de paille ( Fétu; → Balance, cit. 3), et, spécialt, tige ou fragment de tige de céréale séchée, formant un petit tuyau ( Chalumeau).Épinceteuses (cit.) qui arrachent les pailles de la laine. || Paille longue, courte.
Loc. (1665; tirer à la longue paille, XIVe). Tirer à la courte paille : tirer au sort au moyen de brins de paille de longueur inégale dont une extrémité reste cachée. || « On tira à la courte paille, pour savoir qui serait mangé » (Il était un petit navire, chanson populaire).Vx. Tirer à la bûchette.
9 La seule méthode qui fût à notre disposition pour cette terrible loterie, dans laquelle nous avions chacun une chance à courir, était de tirer à la courte paille. De petits éclats de bois pouvaient remplir le but proposé, et il fut convenu que je tiendrais les lots.
Baudelaire, Trad. E. Poe, les Aventures d'A. Gordon Pym, XII.
10 (…) vous laisseriez régir Cinq-Cygne à monsieur d'Hauteserre, et vous tireriez à la courte paille à qui de vous deux serait le mari de cette belle héritière.
Balzac, Une ténébreuse affaire, Pl., t. VII, p. 559.
Allus. évang. (1672, Lemaistre de Saci). Voir une paille dans l'œil du prochain et ne pas voir une poutre dans le sien : voir les moindres défauts d'autrui, en ignorant les siens propres, beaucoup plus graves.Ellipt. || C'est la paille et la poutre !
11 Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère, et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment (peux-tu) dire à ton frère : « Laisse-moi ôter la paille de ton œil », lorsqu'il y a une poutre dans ton œil ? Hypocrite, ôte d'abord la poutre de ton œil, et alors tu verras à ôter la paille de l'œil de ton frère.
Bible (Crampon), Évangile selon saint Matthieu, VII, 3, 4 et 5.
Loc. fig. (vx). Enlever, lever la paille : être excellent, remarquable (par allus. à l'ambre qui attire la paille). Cf. Mme de Sévigné, 19 août 1671, et 13 janv. 1672. — ☑ (Fin XVIe). Vx. Rompre la paille : rompre un marché, un accord, et, par ext., Engager une dispute, se brouiller (→ Honneur, cit. 43, Molière).
(1867). Iron. Une paille : une chose insignifiante, rien du tout. || Il en demande dix millions : une paille !
b (1881). Tuyau de paille. || Faire des bulles de savon avec une paille. || Boire en aspirant avec une paille (→ Butyreux, cit.).Par anal. Petit cylindre en papier, en matière plastique, servant aux mêmes usages.
4 Fig. Vx. (XVIe). || De paille : sans valeur (cf. Saint-Simon, Voltaire, in Littré).
Loc. Homme de paille. a Vx. Homme de néant, de rien.
b Mod. (XVIe). Celui qui sert de prête-nom dans une affaire plus ou moins honnête. Carton (personnage de carton). → Opération, cit. 10.
12 — Je ne suis plus que le prête-nom d'un prévaricateur (…)
— (…) c'est bien de Castel-Bénac que vous êtes l'homme de paille ?
M. Pagnol, Topaze, III, 9.
5 Adj. invar. (1607). De la couleur jaune caractéristique de la paille de blé. || Jaune paille (→ Lumineux, cit. 6), couleur paille. || Des gants paille, une robe paille.
13 (…) le haut-de-chausses bleu, orné d'une sorte de tablier en canons de rubans paille, descendait un peu au-dessus du genou (…)
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, III.
N. f. Littér. || La paille : la couleur jaune paille (→ Jaune, cit. 8, Taine).
tableau Désignations de couleurs.
6 (1873). Par anal. || Paille de fer : filaments, copeaux, petites et minces lamelles de métal (fer, acier…) réunis en paquet et servant à nettoyer une surface. || Nettoyer un parquet à la paille de fer.
Loc. fig. (1831, H. Monnier). À toi, à moi la paille de fer : à chacun sa tournée.
7 Par anal. (XXe). Adj. invar. || Pommes paille : pommes de terre frites coupées très fines.
———
II Par anal.
1 (1307). Techn. Défaut (impureté, fissure, loupe…) dans une pièce de métal, (1845) de verre. || Pailles dans un lingot d'acier, de fer (fer pailleux).Par métaphore. || Métal (cit. 7) sans paille, sans défaut.
14 Ceux qui ont forgé l'épée de la nouvelle royauté ont introduit dans sa lame une paille qui tôt ou tard la fera éclater.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 264.
15 Il en ressentit une douleur particulière de vanités et d'habitudes atteintes comme si ses veines charriaient une esquille, comme si une paille compromettait sa base d'or.
Ch.-L. Philippe, Père Perdrix, I, V.
(1680). Tache fine et allongée dans un diamant, une pierre précieuse. aussi Crapaud.
2 (1687). Mar. Longue cheville métallique à tête.(Déb. XXe). || Paille de garniture, pour soutenir les estropes de poulies, les amarrages.
———
III Dans des syntagmes. || (1708) Paille-en-queue; (1762) paille-en-cul (cit. 15) : le phaéton (oiseau). || Des pailles-en-queue.
16 (…) son caractère le plus frappant (de l'oiseau du tropique) est un double long brin qui ne paraît que comme une paille implantée à sa queue, ce qui lui a fait donner le nom de paille-en-queue.
Buffon, Hist. nat. des animaux, L'oiseau du tropique.
(XXe; 1611, paille marine). || Paille-de-mer : posidonie, plante aquatique des fonds marins.
DÉR. Paillard, paillasse, 1. paillé, 2. paillé, paillée, 2. pailler, 3. pailler, paillère, 1. paillet, 2. paillet, paillette, pailleur, pailleux, paillis, paillole, paillon, paillot, paillote.
COMP. Dépailler, empailler, rempailler. — Coupe-paille, hache-paille.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • paillé — paille [ paj ] n. f. • XIIe; lat. palea « balle de blé » I ♦ (Tige coupée). 1 ♦ Collect. Tiges des céréales quand le grain en a été séparé. ⇒ chaume. Paille de blé, d avoine, de riz. Paille fraîche, sèche. Paille servant de nourriture aux bêtes… …   Encyclopédie Universelle

  • paille — PAILLE. s. f. Le tuyau du bled, de l orge & de l avoine quand il est sec. Paille nouvelle. paille fraische. vieille paille. brin de paille. paille de froment, de segle, d orge, d avoine. coucher sur la paille. mettre de la paille dans une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Paille — Paille, Paillé Difficile, avec la chute des accents depuis quelques décennies, de faire la différence entre les deux noms quant à leur localisation. Paillé devrait désigner celui qui est originaire de la commune de Paillé (17), mais peut aussi… …   Noms de famille

  • Paillé — Paille, Paillé Difficile, avec la chute des accents depuis quelques décennies, de faire la différence entre les deux noms quant à leur localisation. Paillé devrait désigner celui qui est originaire de la commune de Paillé (17), mais peut aussi… …   Noms de famille

  • paillé — paillé, ée (pa llé, llée, ll mouillées) part. passé de pailler2. 1°   Garni de paille. Cette aire est trop paillée. 2°   Terme d histoire naturelle. Qui a la couleur de la paille. 3°   Terme de blason. Il se dit des fasces, paux, et autres pièces …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Paille — ist der Name folgender Personen: Daniel Paille (* 1984), kanadischer Eishockeyspieler Stéphane Paille (* 1965), französischer Fußballspieler und trainer Paille (frz. für „Stroh“) oder paillefarben ist eine alte Bezeichnung für einen blassgelben… …   Deutsch Wikipedia

  • Paillé — Saltar a navegación, búsqueda Paillé País …   Wikipedia Español

  • Paille — Paille, (sprich Palje,) das Franz. Paille, welches Stroh bedeutet. Man gebraucht es im Deutschen nur, eine Art der blaßgelben Farbe zu bezeichnen, welche aus schwefelgelb und ein wenig röthlich grau bestehet, und der Farbe des Strohes gleicht;… …   Grammatisch-kritisches Wörterbuch der Hochdeutschen Mundart

  • paille — Paille, ou Balle, Palea, Acus aceris. La couverture de toutes sortes de grains, comme de blé et semblables, qu on appelle la paille, quand le grain est sorti, c est aussi le premier germe de toutes fleurs, qui est comme un petit ventre, qui s… …   Thresor de la langue françoyse

  • paille — 〈[pa:j(ə)] Adj.; undekl.; veraltet〉 strohfarben, strohgelb [frz., „Stroh“] * * * pail|le [ pa:jə, auch: pai] <indekl. Adj.> [frz. paille]: strohfarben, strohgelb …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.